Contenu

Cadrage général

Le Certu ne cherche pas ici à faire un colloque de plus sur la ville durable. Fin 2009 et en 2010, de nombreuses manifestations prendront ce sujet comme thème. En organisant ces Entretiens, le Certu s’inscrit dans le prolongement des débats au sein de son Comité d’orientation qui ont tracé les grandes modalités de son action depuis quelques années, ainsi que dans la logique de ses méthodes de travail partenariales. Par ces rencontres, il vise à organiser un débat sur les méthodes et moyens d’actions sur les politiques urbaines avec tous ceux qui ont la charge ou la responsabilité de les mettre en œuvre.

Dans sa séance du 8 juillet 2008, le Comité d’orientation a souligné combien les méthodes de diffusion du Certu devaient encore se développer sur le registre de la transmission orale pour répondre aux attentes d’un certain nombre de bénéficiaires et d’utilisateurs qui souhaitent des échanges et des débats à partir des pratiques et des expériences vécues. Nous sommes ici dans le cœur de métier du Certu qui est d’organiser la redistribution des savoir-faire et de favoriser la mutualisation des expériences.

Par ailleurs, le Comité d’orientation, mais aussi les principaux utilisateurs des méthodes et outils produits par le Certu, demandent régulièrement au Centre d’être davantage à l’écoute de leurs problématiques et de mieux intégrer la complexité des logiques du terrain.
C’est en réponse à toutes ces interpellations que, lors de sa séance du 3 mars 2009, le Codor a arrêté le principe de lancer les Entretiens du Certu.
Le Contrat Objectifs-Moyens (COM) du Centre, qui cadre son action pour les trois prochaines années, s’est inscrit délibérément sous le signe du développement durable. Il était alors logique que ces premiers Entretiens questionnent les productions du Certu et les pratiques des acteurs en partant de ces orientations.

Ainsi, à partir des actions dans les villes et dans les territoires, ces Entretiens se donnent-ils comme objectifs de partager et de faire partager les connaissances sur les pratiques pour la Ville Durable et d’engager un dialogue avec tous les partenaires et utilisateurs de nos productions.
« Se mettre à l’écoute », telle sera la tonalité de ce colloque, en résonance avec les attentes exprimées et dans le droit fil de l’esprit impulsé par le président André Rossinot. Dès lors, l’organisation même du colloque s’appuiera sur cette logique en construisant les ateliers de manière partenariale avec les membres actifs du Codor, voire au-delà.