Contenu

Atelier 12 : Mobilité et inertie de la ville

Les politiques de déplacement menées depuis plusieurs décennies ont incontestablement permis une meilleure maîtrise de la place de la voiture en ville, principalement dans le centre des grandes agglomérations françaises.
Cependant, derrière ce succès, de nouvelles tensions apparaissent aujourd’hui : saturation de l’offre de transports publics, manque d’équipements et d’infrastructures pour les modes doux, inadaptation des formes urbaines, conflits d’usage… Pour apaiser ces tensions, collectivités et opérateurs innovent par une meilleure organisation de la distribution des marchandises en ville, par le développement de PDE, par l’optimisation de l’usage des réseaux de transports collectifs… mais il apparaît clairement que tout ceci n’est pas suffisant.
L’atelier a mis en évidence des réflexions, des questionnements et des pistes d’actions :

  • l’offre de transports publics doit-elle continuer à suivre la demande de déplacements? Ne faut-il pas plutôt essayer de réguler cette demande ? N’observe-t-on pas une attitude comparable à celle qui a favorisé la croissance de l’automobile ces dernières décennies ?
  • les leviers efficaces pour orienter la demande de déplacement sont connus : planification urbaine et planification des transports, politique de stationnement...mais leur mise en œuvre semble toujours aussi difficile. _ Comment dépasser ce constat ?
  • ne faut-il pas engager une vraie réflexion sur le temps du déplacement et aller vers une diminution des vitesses, qui, conjuguée à une action foncière maitrisée, permettrait de repenser le territoire, les stratégies de localisation, le rapport entre mobilité résidentielle et mobilité quotidienne ?
  • les leviers efficaces pour orienter la demande de déplacement sont connus : planification urbaine et planification des transports, politique de stationnement...mais leur mise en œuvre semble toujours aussi difficile.

Finalement, face à des tensions dont on ignore s’il s’agit d’un épisode transitoire ou d’une tendance forte et durable, il est peut être urgent d’ouvrir le chantier prioritaire de la prospective.