Contenu

N°3 - L’approche locale du changement climatique et de la prévention des risques

Atelier n°3
2 février 2010 : 14h00 - 17h30
Actualité
Quelles sont les échelles - nationales, régionales, locales - les mieux adaptées pour traiter des problèmes d’atténuation et d’adaptation ? Comment prendre en compte les spécificités territoriales et comment mobiliser les différents acteurs ? publié le mardi 3 novembre 2009
Problématique de l’atelier n°3
Les villes, qui concentrent la majeure partie de la population, susceptible d’atteindre 70% en 2050, ainsi que l’essentiel de l’activité économique, constituent un facteur déterminant du réchauffement climatique mais aussi le champ privilégié de l’action pour ralentir le phénomène et en atténuer les effets. En effet, la consommation énergétique des villes est très majoritairement issue des énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz naturel) mais les villes sont aussi les premiers utilisateurs potentiels des énergies renouvelables et les villes denses consomment moins d’énergie que les villes étalées. (...)
 
Organisation de l’atelier n°3


Animateur
Michel CENUT, chef du département Environnement et Systèmes d’Information au Certu

Partenaires associés à la préparation
- Ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer (MEEDDM), Direction générale de l’énergie et du climat (DGEC) et Direction générale de la prévention des risques (DGPR)
- Rhône-Alpes Energie Environnement (RAEE)
- Conseil Régional Languedoc Roussillon (à confirmer)
- un élu local en charge des risques naturels (à préciser)

 
Compte-rendu de l’atelier n°3
Nous avons tous en tête les conséquences possibles que le changement climatique pourrait avoir sur les phénomènes extrêmes, leur intensité, leur fréquence. La prévention des risques est un sujet à part entière, mais c’est aussi un très bon exemple des difficultés et des moyens que nous avons pour répondre à une problématique d’adaptation au changement climatique s’il y a lieu mais aussi tout simplement aux phénomènes météorologiques saisonniers. On traite, à travers la prévention des risques, de la question de la vulnérabilité urbaine, comment la ville peut encaisser ces risques et comment l’on traite la question de la préparation à la gestion de crise. On traite aussi de la capacité d’une ville à retourner à la normale, la résilience. Indépendamment des variations climatiques, dont les conséquences peuvent être plus ou moins évidentes sur les phénomènes d’inondation, de sécheresse, il y a ici tout un champ d’action en tant que tel (...)